Je suis un habitué des taxis communaux appelés  « woro-woro ». Nous sommes d’ailleurs très nombreux à emprunter ces véhicules à Abidjan. En attendant que nous ayons nos propres voitures…

Il est vrai que l’état des taxis communaux attire l’attention des passagers, mais la vraie star dans cette histoire,  c’est le chauffeur de woro-woro.

Pour ce conducteur, le passager n’a de valeur que quand il n’a pas encore embarqué dans l’auto. A peine prenez-vous place dans son tacot que vous n’avez plus droit à aucun « traitement de faveur ». Il naît une sorte de rivalité entre lui et vous. C’est à croire qu’il a une dent contre vous (bon, j’exagère un peu hein).

Une chose est sûre, l’intérêt du conducteur pour le voyageur diminue au fur et à mesure du trajet. Curieusement, au moment d’encaisser les frais de transport, l’automobiliste retrouve sa sympathie. Le pouvoir de l’argent…

Il m’arrive bien souvent de rêver du chauffeur modèle, mon chauffeur de « woro-woro » à moi.

crédit photo: Richard Konan

Le chauffeur de mes rêves

Mon chauffeur de taxi idéal : à peine le hèle-je (je sais, vous ne vous attendiez pas à cette tournure, mais oui, j’ai bien un certain niveau en langue) qu’il immobilise son véhicule devant moi. Sourire aux lèvres, « mon » chauffeur me demande ma destination. Ce conducteur de mes rêves attend que je sois bien installé dans le véhicule avant de reprendre la route. Tenez-vous bien, quand il lui arrive de prendre trop de vitesse et que je me plains, « mon » chauffeur s’excuse immédiatement.

Le machiniste que je vois dans mon sommeil ne met jamais la musique à fond dans son taxi. Il sait trouver le juste milieu pour pouvoir l’écouter sans pour autant m’importuner. Je me sens tellement bien dans son taxi !

Ce chauffeur-là n’est vraiment pas comme les autres. Pour preuve, il ne me lance jamais au visage : « monte avec la monnaie hein ! » D’abord, il me vouvoie. Ensuite, quand je n’ai pas la monnaie, ce gentil monsieur me parle poliment et nous trouvons toujours un terrain d’entente. Ce qui me fascine chez lui c’est sa bonne humeur et son envie de servir ses clients. C’est un type bien qui se donne corps et âme dans l’exercice de sa profession. Vous ne le verrez jamais se disputer avec un passager. Ah là pas du tout ! Il a une parfaite maîtrise de soi face à toute situation.

Un ami (sans doute jaloux) me dit qu’il n’y a aucun risque qu’un jour le « chauffeur de mes rêves » passe la frontière de la réalité. Mon ami pense que je me fais trop d’illusions. Quoi vous le croyez aussi ?

Bien noté ! Vous pouvez être sûrs d’une chose dans ce cas, quand je rencontrerai « mon » chauffeur au coin d’une rue abidjanaise, ne comptez pas sur moi pour vous garder une place.

The following two tabs change content below.
Richard Konan

Richard Konan

Journaliste de profession, je suis un véritable passionné de la communication. J'adore manier les mots pour donner vie à la vie.
Richard Konan

Derniers articles parRichard Konan (voir tous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *