La couleur des franc-maçons… Ce billet m’a été inspiré par le client d’un restaurant où j’ai l’habitude de manger entre midi et deux. J’ai tellement été surpris par les propos débités par ce compagnon d’un jour qu’il me fallait les coucher sur du papier sur l’écran de mon ordinateur.

Après plusieurs heures de boulot, il est bien normal que je marque une pause afin de donner à mon estomac tous les droits qui lui reviennent. Au moment où je m’apprête à abandonner l’ordinateur, chaise confortable (Qu’est-ce que vous croyez ? Mon bureau est bien équipé.), articles de presse, un collègue me demande de l’attendre.

Je crois que dans chaque entreprise, il y a toujours un collègue doté d’un véritable talent pour retarder les autres. Figurez-vous qu’alors que je me préoccupe à donner à mon estomac ce qu’il veut, ce cher collègue me lance : « Attends-moi hein ! On mange ensemble ce midi« . Comme s’il avait pour cynique intention de me laisser dévorer par la faim qui me tenaillait, ce collègue ne s’empressait pas de me rejoindre au portail. Finalement, au bout de plusieurs minutes d’attente, le voici pointant son nez avec un sourire dont le mérite était de m’énerver davantage.

La franc-maçonnerie, c’est quoi au juste?

Mon fameux collègue n’a pas réussi à m’ôter la faim qui me tenaillait. Malgré sa lenteur, nous sommes enfin au restaurant qui grouille déjà de monde. Comme si le sort avait décidé de s’acharner sur moi, les serveuses du restaurant m’ignorent complètement. Rassurez-vous, je ne mange pas à crédit. « Ma chérie, je peux avoir un plat de riz accompagné de la sauce graine. ». Elle me jette un regard qui en dit long et disparaît.

Finalement, un plat atterrit devant moi. Je le contemple. Le parcours de combattant est digne de RAMBO I (je n’exagère pas hein.). Au moment où je me prépare à me lancer sur ce fameux plat, un autre client me déconcentre.

Un gobelet m’a inspiré ce billet.

« Madame, donnez-moi un gobelet ! « , hurle-t-il. Il a sûrement plus de poids que moi. À peine a-t-il ouvert la bouche que son ordre a été exécuté. L’une des filles lui apporte un gobelet rouge. Elle tourne le dos.

Le client la rappelle avec force. « Change-moi ce gobelet. Le rouge, c’est la couleur des franc-maçons. Ils l’utilisent pour faire leurs cérémonies-là », ordonne-t-il. Surpris, tous les clients jettent discrètement un coup d’œil sur leurs godets. Le mien est de couleur jaune.

D’où sort-il ? Comment sait-il que les franc-maçons préfèrent le rouge. Tête baissée, j’ai fait honneur à mon repas. Au moins j’ai quitté le restaurant en apprenant que « le rouge, c’est la couleur des franc-maçons ». En plus, sans débourser un sou.

The following two tabs change content below.
Richard Konan

Richard Konan

Journaliste de profession, je suis un véritable passionné de la communication. J'adore manier les mots pour donner vie à la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *